ACTUALITÉS
Paroles d'experts

Comprendre la composition du lait maternel

Par Ardythe L. Morrow, PhD, MSc, Professeur émérite, Université de Cincinnati et Cincinnati Children’s Hospital Medical Center, Cincinnati, Ohio, USA

Les pédiatres et professionnels de la santé reconnaissent que l’allaitement maternel est la référence en matière de nutrition infantile.

En effet, une analyse comparative établie suite au prélèvement de laits de centaines d’espèces de mammifères, a démontré que le lait répond aux besoins particuliers de croissance et de développement propre à chacune d’entre elles.

A titre d’exemple, le lait bovin est adapté à la croissance rapide de ces derniers. Il contient un taux de protéines trois fois supérieur à celui du lait humain.

Le lait de baleine contient environ dix fois plus de gras que le lait maternel humain, fournissant ainsi l’énergie dont les baleineaux ont besoin.

Il est intéressant de noter que le lait maternel humain contient les formes les plus abondantes et les plus diverses de glucides bioactifs (oligosaccharides), qui favorisent le développement du cerveau, du microbiote intestinal et du système immunitaire des nourrissons. Il fournit un mélange unique de composants bioactifs distincts des autres laits qui aident à former et à améliorer le développement du nourrisson. Les composants bioactifs les plus abondants sont les oligosaccharides du lait maternel.

Des anticorps spécifiques à l’environnement du nourrisson, ainsi que des protéines, des peptides et d’autres composants sont également présents dans le lait maternel. Des études ont d’ailleurs montré l’allaitement réduit le risque de décès, diminue les troubles infectieux et immunitaires et améliore le développement cognitif du nourrisson.

Le lait maternel est un liquide dynamique dont la composition varie systématiquement au cours de la lactation, en fonction de l’âge gestationnel du bébé et au cours de l’allaitement.

Dans l’ensemble, ces différences dans la composition du lait sont censées soutenir la croissance et les besoins de développement du nourrisson à un stade spécifique. Le colostrum est la première sécrétion que la glande mammaire produit après l’accouchement. Produit en faible quantité pendant les premiers jours après la naissance, le colostrum est riche en protéines. Il est suivi par le lait de transition, puis par le lait mature. Au cours de la lactation, les changements dans la composition du lait dépendent de ses composants. Par exemple, les niveaux de protéines et d’oligosaccharides, diminuent au cours de la lactation, ce qui n’est pas le cas des lipides. La maturité à la naissance influence également la composition du lait. Par exemple, les mères dont les nourrissons nés prématurément ont des taux plus élevés de protéines du lait au cours des premières semaines de vie. Le lait de début de tétée « pré lait » est moins riche en matières grasses et en cellules que le lait mature, de fin de tétée.

Certains composants du lait diffèrent entre les mères et les populations, influencés par des mécanismes de causalité différents. Les différences dans la composition des acides gras, des vitamines et des substances phytochimiques reflètent les habitudes alimentaires de la mère. Les taux d’oligosaccharides dans le lait maternel quant eux diffèrent selon la génétique maternelle, tandis que les taux d’immunoglobulines et d’autres protéines de défense varient en fonction des expositions microbiennes de la mère. Mais la composition de base du lait maternel humain est généralement identique chez toutes les mères. Les différences observées peuvent consister à la composition du lait à la situation du nourrisson.

Les mères qui allaitent doivent savoir que leur propre lait répond de manière optimale aux besoins de développement du nourrisson. Aucune formule ne reproduit le lait maternel, qui est un liquide complexe et dynamique. Mais au fur et à mesure des avancées scientifiques dans le domaine, les résultats contribuent à améliorer la nutrition des nourrissons.

 

REFERENCES

Ballard O, Morrow AL.  Human Milk Composition: Nutrients and Bioactive Factors. Pediatric Clin North Am. 2013. 60(1): 49-74.doi: 10.1016/j.pcl.2012.10.002

Oftedal OT. Lactation in Whales and Dolphins: Evidence of Divergence Between Baleen- and Toothed-Species. J Mammary Gland Biol Neoplasia (1997) 2: 205. https://doi.org/10.1023/A:1026328203526.

Hassiotou F, Hepworth AR, Williams TM, Twigger AJ, Perrella S, Lai CT, Filgueira L, Geddes DT, Hartmann PE. Breastmilk cell and fat contents respond similarly to removal of breastmilk by the infant. PLoS One, 2013. 8(11):e78232. doi: 10.1371/journal.pone.0078232.

Gidrewicz DA, Fenton TR. A systematic review and meta-analysis of the nutrient content of preterm and term breast milk. BMC Pediatrics 2014. 14:216 doi: 10.1186/1471-2431-14-216.

Bartick MC, Jegier BJ, Green BD, Schwarz EB, Reinhold AG, Stuebe AM. Disparities in Breastfeeding: Impact on Maternal and Child HealthOutcomes and Costs. J Pediatr. 2017 Feb;181:49-55.e6. doi: 10.1016/j.jpeds.2016.10.028.