Comment l’attachement joue-t-il un rôle essentiel pour le développement de l’enfant?

De la naissance à l’âge de trois ans, le cerveau d’un enfant enregistre sa plus forte croissance, par l’acquisition des compétences psychomotrices, du langage et des fonctions cognitives telles que l’attention et l’apprentissage.

L’architecture du cerveau est constituée de milliards de connexions entre les neurones individuels dans plusieurs zones du cerveau. Ces connexions permettent une communication rapide entre les neurones impliqués dans différentes fonctions. Au cours de cette période, le processus de myélinisation est en place. Il consiste à recouvrir l’axone de chaque neurone d’une couche grasse appelée myéline qui protège le neurone et l’aide à conduire les signaux plus efficacement.

Les connexions neuronales se forment d’abord, puis des circuits plus complexes qui conduiront le nourrisson à acquérir des capacités plus avancées au fil du temps.

Les conditions et les expériences auxquelles les jeunes enfants sont exposés au cours de cette période façonnent le cerveau en développement. Les relations entre les nourrissons et les personnes qui s’en occupent constituent une base solide pour le développement social et émotionnel et les apprentissages futurs. En l’absence de soins fiables et adaptés, l’architecture du cerveau peut être altérée et avoir un impact négatif sur les apprentissages comportementaux et émotionnels.

Quelles sont les principales étapes du développement des bébés et des jeunes enfants ?

De la naissance à 9 mois :

Au cours de cette première étape de la vie, les bébés se concentrent sur le renforcement des liens d’attachement avec les personnes qui s’occupent d’eux. Ils sécurisent les relations avec leurs parents et le processus itératif dans lequel l’adulte interagit et se synchronise avec le bébé dans une relation mutuelle (vocalisation, expression faciale, gestes, paroles) est fondamental pour le développement cérébral.

Les nourrissons utilisent ensuite ces perceptions pour créer un cadre de traitement initial sur la manière de s’engager avec les autres. En d’autres termes, la qualité de la stimulation, des soins et de l’interaction en réponse aux besoins des nourrissons sont des facteurs essentiels qui influencent le développement de l’enfant.

La recherche a montré que les relations sont des conditions préalables aux futures compétences émotionnelles et sociales, ainsi qu’à l’acquisition du langage et des habiletés motrices.

De 9 à 18 mois :

La communication et la motricité des nourrissons s’améliorent considérablement au cours de cette période. Les bébés passent du babillage à l’expression de leurs premiers mots. Les mots qu’ils entendent de la part des adultes stimulent les voies de développement du langage dans le cerveau. Ce stade est également une étape importante sur le plan émotionnel, car les bébés commencent à ressentir l’angoisse de la séparation et acquièrent un sentiment de « perception de soi », en se reconnaissant en tant qu’individus.

De 18 mois à 3 ans:

Sur le plan intellectuel, les enfants gardent brièvement des idées en tête, jouent à des jeux de rôles et sont de plus en plus capables de concentrer leur attention sur des personnes et des objets. Leur utilisation du langage parlé augmente selon un apprentissage accéléré : un tout-petit de 18 mois utilisera environ 20 mots. A  l’âge de 3 ans, il sera capable d’arranger des mots en phrases structurées de 3-4 mots.

Les tout-petits développent également des aptitudes perceptives et motrices qui leur permettent de se déplacer, de courir et de grimper, faisant ainsi l’expérience d’une conscience croissante de la maîtrise de soi.

Ces compétences émergentes influencent leur capacité à explorer leur environnement social et les conduisent à un meilleur sens de l’indépendance et des responsabilités. Au cours de cette période, les expériences quotidiennes des tout-petits leur permettent de reconnaître leur environnement social, de maîtriser leurs impulsions et leurs émotions, et d’apprendre et de s’adapter aux règles de leur famille et de l’école maternelle.

L’effet néfaste du stress toxique sur le développement des nourrissons

L’architecture du cerveau est associée à la formation de circuits sous-jacents liés à des capacités spécifiques. Les réponses au stress à court terme et modérées peuvent favoriser le développement du nourrisson, tandis que le stress toxique est associé à une activation forte et prolongée induisant une réponse physiologique.

Le stress toxique en début de vie est associé à des effets sur le système nerveux et les systèmes d’hormones de stress qui peuvent provoquer une inflammation dans le corps et endommager l’architecture cérébrale en développement.

Cette exposition à l’adversité chronique au début de la vie peut entraîner des problèmes de santé durables ayant un impact sur l’apprentissage, le comportement et la santé physique et mentale.

Les recherches ont montré que le développement du cerveau et les expériences vécues au début de la vie sont les éléments constitutifs des émotions et des compétences fonctionnelles futures, telles que le travail, la mémoire, la flexibilité mentale et la maîtrise de soi.

En conclusion, les parents et les personnes qui s’occupent des enfants jouent un rôle prépondérant dans le développement de ces compétences et des possibilités offertes aux bébés et aux jeunes enfants de grandir et d’améliorer leurs compétences dans les lieux sécurisés où ils vivent, apprennent et jouent. Voici quelques façons dont les adultes peuvent aider les enfants à développer des compétences émotionnelles et fonctionnelles efficaces :

o Répondre à leurs besoins physiques et de développement tout au long des premières étapes de la vie. (Nutrition, sommeil et soins)

o Encourager les expériences qui favorisent le développement émotionnel, social, cognitif et physique (jouer, explorer, interagir).

o Augmenter graduellement la complexité des apprentissages et inclure la pratique répétée des compétences tout au long de la vie en les aidant à devenir indépendants dans ces apprentissages et compétences.

o Allouer du temps et de l’espace pour la créativité, les apprentissages et l’exercice physique

o Fournir un environnement sûr, en les protégeant du stress toxique ou d’un contexte défavorable.


REFERENCES :

Ellis, E. & Thal, D. (2008). Early Language Delay and Risk for Language Impairment. Perspectives on Language Learning and Education, 15 : 93-100.

Barry, R.A., & G. Kochanska. 2010.  » Une enquête longitudinale sur l’environnement affectif dans les familles avec de jeunes enfants : From Infancy to Early School Age ». Emotion 10 (2) : 237-49.

Bornstein, M.H. 2012.  » La réactivité des soignants et le développement et l’apprentissage des enfants : From Theory to Research to Practice ». Dans Infant/Toddler Caregiving : Un guide pour le développement cognitif et l’apprentissage, ed. P.L. Mangione, 2e éd. Sacramento : California Department of Education.

5 étapes pour le service et le retour de la construction du cerveau – Center on the Developing Child à l’Université de Harvard